Vous êtes ici : Monpetitdate » Le Blog » Qu’est ce que la nymphomanie, ou l’addiction au sexe ?
qu'est ce que la nymphomanie ?

Qu’est ce que la nymphomanie, cette forme d’hypersexualité parfois difficile à gérer ?

Quand peut-on considérer une personne comme étant nymphomane ? Qu’est ce que ça veut dire exactement ? Où cette forme d’addiction au sexe, tolérée par certains et rejetée par d’autres, prend-elle son essence ? Revenons sur les origines de la nymphomanie, afin de mieux comprendre ou aider ceux qui en souffrent.

Définition de la nymphomanie

La nymphomanie est un nom féminin désignant une personne – un homme ou une femme – touchée par un désir irrépressible d’assouvir des pulsions sexuelles. Elle se manifeste de manière pathologique et s’avère dans la plupart des cas très difficile à contrôler.

Certaines personnes vivent très bien avec leur hypersexualité, quand d’autres souhaitent s’en débarrasser, afin de retrouver un rythme de vie plus commun. Cette hypersexualité fait l’objet de nombreux fantasmes, mais est plus souvent synonyme de souffrance que de plaisir. L’insatisfaction sexuelle et le désir d’en voir toujours plus peut rendre difficile les relations amoureuses.

On parle d’une nymphomane pour désigner une femme atteinte de ce trouble. L’équivalent masculin est satyriasis, tiré du grec « satyres », qui désigne des créatures assimilées à des forces de la nature.

Une addiction au féminin ?

Nymphomane est la contraction de nymphe et de mania, comprenez la « folie des femmes ». Dans la mythologie grecque, une nymphe est une femme jeune et fertile, qui agit pour le bien de la nature. Elles font même dans certains cas l’objet d’un culte. Les femmes nymphomanes sont de nos jours un peu moins glorifiées. D’ailleurs, étant donné que  les hommes ne sont jamais considérés comme étant nymphomanes, on préfère parler d’hypersexualité.

Vous n’entendrez personne parler d’un homme en évoquant sa nymphomanie, aussi dingue de sexe soit-il.

Bien-sûr, cette pathologie est souvent mieux vécue par les hommes, qui représentent 80% des sex addicts. La société a aussi tendance à mieux tolérer et accepter une forme d’addiction chez un homme que chez une femme. Heureusement les mœurs évoluent et la parole se libère de plus en plus autour du plaisir féminin.

De plus en plus de femmes osent parler de leur addiction pour le sexe, de la recherche du plaisir constante et de ce désir d’explorer au maximum leur sexualité. Partout, tout le temps, c’est la chasse aux amants !

à découvrir aussi : les meilleurs jeux de rôles sexuels en couple

La nymphomanie peut-elle se soigner ?

D’abord, il est important de bien dissocier l’hypersexualité assumée de la nymphomanie nocive. Vient ensuite l’heure de comprendre les origines de cette libido surdéveloppée.

L’addiction au sexe chez la femme peut venir d’un dérèglement hormonal, auquel cas il est toujours intéressant de faire un bilan auprès d’un gynécologue, qui prescrira une prise de sang. Certaines femmes peuvent également constater une augmentation de leur libido en période de pré-ovulation. Cela n’a rien d’anormal et n’est pas assimilé à de l’addiction sexuelle, mais plutôt à une libido en éveil.

Les hommes peuvent eux déclencher une forme d’addiction en réaction à un taux de testostérone très élevé. Il n’y a dans ce cas aucune raison de s’inquiéter, étant donné qu’il s’agit d’un signe de bonne santé. L’objectif est ensuite de traiter l’aspect mental pour contrôler ses envies et trouver un équilibre.

Quand le cerveau prend les commandes

Lorsqu’elle ne trouve pas de réponse au niveau des hormones, la nymphomanie est alors simplement une réaction psychique. Le cerveau active une zone appelant l’hormone du plaisir. Le plaisir n’est pas toujours – voire rarement – atteint, mais le fait d’avoir un rapport sexuel ou d’assouvir une pulsion va provoquer un sentiment de satisfaction psychique.

De la même façon qu’une personne boulimique ne mange pas par faim, une personne nymphomane ne consomme pas toujours le sexe en raison d’un besoin physiologique.

Il est possible d’être nymphomane et de ne jamais prendre de plaisir. Le besoin de répondre à un appel psychique est dissocié du plaisir physique.

Naturellement, une femme en constante demande de rapports sexuels n’atteignant jamais le plaisir aura plus souvent tendance à demander de l’aide qu’une autre trouvant du plaisir dans son addiction.

Qui consulter lorsque l’on souffre d’addiction sexuelle ?

Lorsque le désir sexuel occupe une place trop importante dans son quotidien, allant jusqu’à gâcher sa vie professionnelle, familiale ou amoureuse, vient l’heure d’envisager un accompagnement.

femme nymphomane

Les personnes les plus à même de soigner ou aider une personne nymphomane sont les psychologues, psychiatres et psychothérapeutes.

L’addiction au sexe peut créer un profond mal-être, notamment lorsqu’elle vient combler un manque de confiance ou un mal plus profond. Il n’y a plus de place pour l’amour, mais uniquement pour le désir charnel. Le sexe agit alors comme une drogue dure et nocive.

Dans le cas où la nymphomanie est doublée de dérèglements hormonaux, un traitement médicamenteux peut améliorer le quotidien. Il est dans ce cas délivré par un médecin traitant.

Le sexe fait partie de la nature, pourvu qu’il soit consenti et pratiqué avec les précautions d’usage. On ne peut donc pas systématiquement associer la nymphomanie à quelque chose d’anormal ou à soigner. Si le sexe est une drogue, c’est jusqu’à preuve du contraire la meilleure qui soit. Bien-sûr, il convient de toujours se protéger, afin d’éviter les maladies sexuellement transmissibles.

Comment vivre avec une personne nymphomane ?

Vivre avec une personne nymphomane n’est pas de tout repos. L’hypersexualité se caractérise en effet par une demande constante de relations sexuelles.

Or dans ce contexte, au-delà des sentiments, le ou la partenaire devient un instrument au service d’une pulsion. L’envie n’est pas toujours partagée, notamment lorsque le désir conduit des nymphomanes à faire cinq, six, ou jusqu’à dix fois l’amour dans une seule journée. Vous avez beau tenir la distance et avoir épuisé tous les lieux insolites pour faire l’amour, le sexe partout et tout le temps peut aussi vite devenir lassant.

Les limites de l’esprit sont infinies, mais le corps dit parfois stop ! Il est en réalité très difficile de combler physiquement les désirs entraînés par l’esprit d’une personne constamment en demande.

Vivre avec avec une personne en demande constante de sexe est difficile. C’est la raison pour laquelle beaucoup de couples nymphomanes ont pris l’habitude de pratiquer l’échangisme, ou s’inscrivent par exemple sur un site de rencontre libertin.

L’appel du libertinage

Le libertinage est une solution toute trouvée pour combler des pulsions sexuelles tout en conservant un cocon affectif et son couple à part entière. Les libertins sont pour la plupart ouverts d’esprit, tout à fait capables de faire la part des choses entre les sentiments et les fantasmes ou besoins sexuels.

La France est par chance pour les nymphomanes le pays où l’on compte énormément de libertins, et dans lequel l’échangisme est plutôt bien développé.

Que ce soit en club libertin ou sur des sites spécialisés pour du sexe, les couples dont au moins une personne est nymphomane peuvent tout à fait survivre en optant pour cette forme de plaisir partagé.

Certains hommes ne pouvant plus assumer physiquement tous les besoins physiques et envies de leur compagne acceptent également de plus en plus le candaulisme. Cette pratique sexuelle est également très développée en cercle libertin. Les hommes y trouvent même parfois leur plaisir.

Où rencontrer des nymphomanes ?

On ne peut pas lire sur le visage d’une personne qu’elle est nymphomane ou addict au sexe. Si vous souhaitez rencontrer des personnes nymphomanes, le meilleur moyen est de fréquenter des sites libertins.

rencontrer des nymphomanes
Les libertins avancent masqués, comme d’habitude.

Le plus célèbre d’entre eux est Wyylde, pionnier du libertinage en France. Anciennement connu sous le nom de Netech, ce réseau compte près de 5 millions de membres, répartis un peu partout en France. Il permet de renseigner ses pratiques sexuelles et d’exprimer librement ses désirs, mais aussi de rencontrer et d’échanger avec d’autres personnes nymphomanes. Monpetitdate a déjà testé ce réseau : notre avis Wyylde vous permettra de mieux jauger son potentiel.

wyylde
Wyylde est recommandé à :
94%
+
  • Webcam, tchat & vidéos
  • Nouveauté : lives de membres
  • 35 000 connectés en soirée
  • Adapté mobile et PC
  • Tarifs très bas (dès 8,30€ /mois)
  • Membres partout en France
  • Déjà presque 5 millions d’inscrits..
-
  • Beaucoup de couples
  • Pas d’app (mais site mobile top)

Les clubs libertins sont également une place forte pour vivre une sexualité riche. On en trouve dans la plupart des régions de France, notamment à Paris. Enfin, il existe également depuis quelques années des campings libertins, à ne pas confondre avec les campings naturistes. Ces lieux un peu insolites sont en plein boom !

On peut enfin trouver des personnes pour combler ses désirs sexuels facilement sur des applications de rencontre. Les plus coquines d’entre elles, comme Tinder, permettent généralement de consommer le sexe un peu comme on se rend au supermarché. Bien-sûr, il est toujours plus facile pour une femme de dégoter un plan cul qu’un homme. Tout simplement parce que l’addiction au sexe, qui touche aussi beaucoup de femmes, se conjugue tout de même 80% du temps au masculin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retour en haut