Vous êtes ici : Monpetitdate » Le Blog » La pansexualité selon Flore, ou l’amour sans conditions
qu'est ce que la pansexualité ?

Qu’est ce que la pansexualité ? Flore se raconte

Et si on arrêtait de mettre les gens dans des cases qui ne leur conviennent pas ? L’idée n’est pas de compliquer les choses, mais plutôt d’apporter une définition plus moderne et de ne pas exclure certains êtres humains en obfusquant leurs sentiments profonds. Le mot pansexualité n’a pas été inventé sur un coin de table. Il s’agit d’une définition plus poussée et inclusive que celle de la bisexualité, qui par définition (bi = deux) n’englobe que deux sexes. Le mot « pan » en grec signifie tout. Une personne pansexuelle peut aimer tout le monde, sans porter attention à son genre et sans forcément éprouver du désir sexuel. C’est justement le cas de Flore, une jeune femme pansexuelle de 25 ans, qui témoigne à cœur ouvert pour Monpetitdate.

Je suis pansexuelle, et alors ?

Ce n’est pas toujours facile d’exprimer ce qu’on ressent au plus profond de son âme, de matérialiser une petite boule au ventre. Ce tiraillement intérieur, je l’ai senti en moi depuis l’époque collège.

Mes parents me demandaient si j’avais un petit copain, mais je n’étais qu’avec des filles dans la cour de récréation. Les garçons, bien sûr que certains me plaisaient, mais je n’y pensais pas vraiment. J’ai toujours attaché plus d’importance aux émotions qu’au physique et à l’identité de genre.

Cette époque était assez confuse dans ma tête. J’étais incapable de mettre des mots sur mes sentiments ni mes émotions. La confusion s’est encore accentuée pendant les années lycée. Dans un monde où les filles se dirigent naturellement vers les garçons, je ne trouvais pas ma place. Ma meilleure amie était ma confidente, mais au fond, je voulais qu’elle soit plus que ça.

Aimons nous simplement

Je n’ai découvert le terme pansexuel qu’il y a quelques années, en parcourant des forums et sites de rencontre LGBT+. J’y ai trouvé des personnes dont les sentiments se rapprochaient drôlement des miens.

témoignage sur la pansexualité

Concrètement, je peux aimer une personne pour ce qu’elle dégage, sans attacher la moindre importance à sa condition, son genre ni sa sexualité. Je pense qu’être pansexuelle, c’est accepter d’aimer tout le monde.

Le déclic est venu du site Betolerant, un super réseau que je recommande à toute les personnes souhaitant discuter de sexualité et de sentiments librement. J’y ai trouvé beaucoup d’ami.es, avec lesquels nous avons réussi à créer un petit groupe whatsapp. J’ai aussi surfé sur plusieurs supports, comme l’application Her, lancée par une femme Queer aux Etats-Unis et arrivée en France il y a peu.

Il y a également eu une libération de la parole sur le plan médiatique. Par exemple, quand la chanteuse coeur de pirate a révélé sa pansexualité, ça m’a fiat du bien. Il y a également eu Christine and the Queens, ou Miley Cyris aux Etats-Unis. Voir autant d’artistes s’assumer et évoquer au grand jour leur état d’esprit donne beaucoup de force et de confiance en soir.

Pansexualité : témoignages et définitions

On trouve aujourd’hui beaucoup de témoignages et d’interviews autour de pansexualité, notamment sur Youtube.

Le fait que tout le monde puisse s’assumer librement incite à l’optimisme. On arrive à passer outre les insultes et remarques, à force. Mais ce n’est pas forcément évident, d’où l’intérêt de se rapprocher de forums ou d’applications dédiées aux personnes LGBTQI+.

C’est quoi être pansexuel.le dans le monde d’aujourd’hui ?

On entend de plus en plus le terme depuis que certaines personnalités l’ont démocratisé, et c’est désormais plus facile d’aborder le sujet en soirée, voire même auprès de sa famille proche. Bien-sûr ma mère ne comprend pas tout à fait, mais elle vit très bien la chose.

Je pense qu’il est plus facile de vivre sa pansexualité à Paris où la parole est plus libérée, que dans certaines régions où les mentalités sont plus difficile à faire évoluer. J’ai cette chance d’habiter en banlieue parisienne. Les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas ou des personnes qu’ils ne côtoient pas. On retrouve le même phénomène en politique..

Mon père est lui plus difficile à aborder, lui qui est déjà contre les sites de rencontre gays. Il y a toujours certains principes plus ou moins ancrés dans certaines familles. C’est encore très difficile d’en parler aujourd’hui. Je pense qu’il ne comprend pas tout, et que mon « coming out » en tant que personne non binaire le dépasse totalement.

Je n’ai jamais voulu imposer ma pansexualité ni ma façon de penser aux homosexuels, femmes lesbiennes, et encore moins aux personnes hétérosexuelles, assumant parfaitement leur condition d’homme ou de femme. Me je suis un peu tout à la fois, un point c’est tout.

Je suis une femme aux yeux de la grande majorité des gens, certes. Mais dans mon monde le genre n’existe pas : je suis non binaire. J’aime, je sors et je suis avant tout mon cœur. Je n’ai pour le moment pas trouvé l’amour, et ce n’est pas la priorité. Cela ne veut pas dire pour autant que je couche avec des homme et des femmes à tout va.

La pansexualité n’est pas forcément associée au sexe et au désir. J’ai déjà rencontré des personnes pansexuelles et asexuelles !

Beaucoup de haine, peu d’amour..

Une récente étude menée par l’association lutte contre les discriminations nous apprend que la haine est encore bien présente autour de la communauté LGBTQI+, et implicitement les pansexuel.les.

Les chiffres sortis d’une enquête de l’IFOP montrent par exemple que :

  • 68% des personnes LGBTQI+ ont déjà été victimes d’intimidations
  • 13% ont déjà subi une agression physique

La loi punit de plus en plus durement les agresseurs, et les sujets autour de la tolérance et la sexualité sont heureusement de plus en plus souvent mis au goût du jour dans le milieu scolaire. Il reste malheureusement énormément de travail à accomplir dans ce sens.

à lire aussi :  où faire rencontre trans en ligne ?

Quelle est la différence entre pansexuel, bisexuel ou polysexuel ?

Une personne pansexuelle est potentiellement attirée par n’importe qui, sans prêter attention à son présumé genre. La polysexualité désigne en revanche une attirance sexuelle prononcée pour plusieurs personnes, mais pas forcément toutes. Les personnes polysexuelles sont comme celles pratiquant le polyamour. Ces termes sont moins inclusifs que celui de la pansexualité.

différence pansexuel et bisexuel

La bisexualité est proche de la pansexualité dans l’esprit de beaucoup, y compris au sein de la communauté LGBTQI+. Il y a en revanche chez les bisexuels certaines personnes excluant toujours les non binaires, considérant qu’il y a deux genres. C’est la raison pour laquelle les personnes n’attachant aucune importante au genre préfèrent généralement se définir comme appartenant à la communauté pansexuelle plutôt que de simplifier en revendiquant une bisexualité.

Dans l’esprit d’un certain nombre de personnes, la bisexualité a un rapport direct avec le sexe, sur un plan purement charnel. Or limiter la pansexualité au désir sexuel est une injure.

à lire aussi : Transsexuels, transgenres, non genrés : différences et préjugés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retour en haut